print
Facebook

Rechercher

Agenda

« janvier 2018 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
 

Abonnement

Liste de diffusion


Mots clés

Service « Protection des Majeurs »

La curatelle

Imprimer cette page Envoyer un message Recommander cet article fontsizeup fontsizedown

Principe

La curatelle est une mesure judiciaire permettant à une personne d’être conseillée ou contrôlée dans les actes de la vie civile par un curateur désigné par le juge des tutelles.

La curatelle peut être, selon l’état de la personne, allégée ou aggravée, et dans ce cas elle se rapproche d’une tutelle.

Personnes concernées

Celles dont les facultés mentales sont altérées par une maladie, une infirmité ou un affaiblissement dû à l’âge ou dont l’altération des facultés corporelles empêchent l’expression de la volonté.

L’altération doit être médicalement établie.

Demande

La mise sous curatelle peut être demandée :

par l’intéressé lui-même,

par son conjoint à moins que la communauté de vie ait cessé entre eux,

par ses ascendants, descendants, frères ou soeurs,

par le ministère public (au tribunal de grande instance du lieu de résidence de l’intéressé).

Le juge des tutelles (au tribunal d’instance) peut également se saisir d’office, notamment si des proches ou des membres éloignés de la famille lui signalent une personne déficiente susceptible d’être mise sous curatelle

Forme de la demande

Le demandeur doit saisir, par requête, le juge des tutelles du tribunal d’instance dont dépend le domicile de la personne à protéger.

La requête doit être écrite, adressée à M. le procureur de la République, et mentionner notamment :

- l’état civil de la personne à protéger,

- les raisons de la demande,

- les coordonnées de la famille proche.

Elle doit être accompagnée d’un certificat médical établi par un médecin spécialiste inscrit sur la liste établie par le procureur de la République.

Procédure

Examen de la requête

Le juge dispose d’un délai d’un an pour rendre sa décision.

Il auditionne la personne à protéger (sauf si son état ne le permet pas), et éventuellement ses proches et son médecin traitant.

Il peut consulter des experts.

Provisoirement, il peut placer la personne sous sauvegarde de justice dans l’attente du jugement.

Une fois l’instruction du dossier terminée, le juge le transmet pour avis au procureur de la République, au moins un mois avant la date fixée pour l’audience.

Jugement

La personne à protéger, celle qui a fait la demande, et leurs éventuels avocats sont prévenus de la date de l’audience, qui n’est pas publique.

Le jugement est rendu en fonction des éléments du dossier. Les incapacités peuvent être plus ou moins étendues selon l’état de la personne à protéger.

Le juge nomme le curateur. Il s’agit le plus souvent d’un membre de la famille ou du conjoint, parfois d’une personne morale (associations familiales notamment).

Mainlevée

En cas d’évolution de l’état de la personne protégée, si le maintien sous curatelle ne semble plus nécessaire, il est possible de demander sa cessation (sa "mainlevée").

La demande peut être faite par la personne elle-même, sa famille, ses proches. Le juge des tutelles peut également se saisir d’office.

La procédure est la même que pour une mise sous curatelle.

Au terme de l’instruction, le juge prononce la mainlevée ou maintient la curatelle.

Recours

En cas de refus de mise en curatelle

Seule la personne qui a déposé la demande de mise sous curatelle peut contester le jugement.

Elle doit introduire un recours dans les quinze jours suivant la notification du jugement, au secrétariat-greffe du tribunal d’instance.

La demande doit être effectuée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception.

En cas d’ouverture ou de refus de mettre fin à une curatelle

Les parents, alliés et proches de la personne protégée peuvent introduire un recours dans un délai de quinze jours à compter de la notification du jugement.

La demande doit être effectuée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, au secrétariat-greffe du tribunal d’instance.

Dernire mise jour le 6 novembre 2008

Envoyer un message

Recommander cet article

 
UDAF28 - http://www.udaf28.fr