print
Facebook

Rechercher

Agenda

« juin 2018 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
 

Abonnement


Mots clés

Vous êtes ici : Accueil  >  Action familiale

« Les réseaux d’entraide : moteur de l’action familiale »

Journée d’étude UNAF

Imprimer cette page Envoyer un message Recommander cet article fontsizeup fontsizedown

L’UNAF a organisé vendredi 9 février dernier une journée, à destination de son réseau, intitulée : « Les réseaux d’entraide : moteur de l’action familiale ».

Parce l’entraide est un principe d’action constitutif du mouvement associatif qui se trouve au cœur même de l’histoire des mouvements familiaux, l’UNAF en a fait un axe de développement prioritaire pour les activités liées à la parentalité au sein de notre réseau.

Il était donc nécessaire de travailler en commun sur le sens de cette notion, son actualité et ses principales formes d’expressions.

Mylène Armando, administratrice du département Droit de la famille, Parentalité, enfance a ouvert et conclu les travaux. Toute la journée se sont succédé à la tribune, universitaires, experts, mais aussi acteurs de terrain du champ de l’entraide.

Ainsi Jean-Louis Laville, Professeur au CNAM a proposé en introduction une approche historique sur la place de l’entraide dans l’économie sociale et solidaire. Une table-ronde sur le thème de l’entraide et l’innovation sociale a réuni Carl Lacharité (Professeur au département psychologie de l’université de Québec Trois Rivières), Bénédicte Jacquey-Vazquez (Inspectrice générale des Affaires Sociales), Mohamed L’Houssni (Directeur de l’association RETIS) et Jean-Louis Laville.

L’après-midi a été consacrée à la présentation d’actions de terrain, comme l’initiative Graines de jardin, celle de Rézoquartier, Parents solos de l’UDAF 86, ou encore le projet Respire présenté par Olivier Herlemont, Directeur de l’UDAF 59.

En émaillant leur propos d’exemples concrets, ce fut l’occasion pour les intervenants et le public d’aborder ensemble les enjeux actuels qui se présentent aux associations, au regard des transformations à l’œuvre dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, mais aussi de partager l’expérience des acteurs faisant vivre cette expression de la solidarité au quotidien, dans des actions de proximité.

Voici le résumé de cette journée :

Quand l’entraide constituait le cœur de l’Economie Sociale et Solidaire… au début du 19ème siècle. C’est ce qu’explique Jean-Louis Laville, professeur au CNAM, chercheur au LISE et à l’IRIS, en introduction de cette journée du réseau UNAF-UDAF dédiée à l’entraide comme moteur de l’action familiale. Il insiste sur le point de bascule du milieu du 19ème siècle quand les premiers mouvements collectifs de paysans et d’ouvriers, forme d’ESS avant l’heure, ont été écrasés par l’affrontement entre l’approche libérale et l’approche marxiste. Cette période de l’ « associationnisme », quand le peuple voulait faire exister concrètement la fraternité, a depuis été oubliée. Jean-Louis Laville plaide pour la coexistence d’une redistribution organisée par un Etat protecteur et d’une économie sociale et solidaire débarrassée de son modèle « entreprisiste ». Pour le chercheur «  le chemin de l’espérance passe par un arrimage entre de nouvelles formes d’initiatives citoyennes et des politiques publiques renouvelées ».

Comme lui, Bénédicte Jacquey-Vazquez, Inspectrice Générale des Affaires Sociales à l’IGAS, se demande comment il est possible d’assister à une telle « invisibilisation de l’entraide, alors qu’il s’agit d’une réalité profondément vivante  ». Elle estime que l’Etat manque de capteurs pour identifier des actions de terrain, qui restent hors du scope. Il semble qu’au Québec, les associations, appelées plutôt « mouvements communautaires autonomes » soient à la fois moins assujetties à l’Etat et mieux reconnues par lui, en tous cas dans leur rôle de transformation sociale. C’est ce qu’explique Carl Lacharité, psychologue, professeur à l’Université du Québec. Il propose l’exemple des 300 Maisons des Familles qui permettent aux parents et professionnels de travailler ensemble et de s’entraider mutuellement.

Vies de quartier ou protection de l’enfance : terrains privilégiés pour pratiquer l’entraide

L’entraide est en tous cas une notion bien vivace dans les vies de quartier, comme le montrent les associations Résoquartier et Graine de Jardins. La première, au départ amicale de locataires, ambitionne aujourd’hui de proposer une plateforme d’échange de services, de compétences et de temps à l’échelle d’un quartier. La seconde accompagne les habitants qui veulent investir des friches pour les transformer en jardins. « On partage son savoir-faire de jardinier, on fait du troc de semis, de plantes, de conseils parfois même de cuisine, détaille Valérie de Lescure, administratrice. Mais ce qui est bien plus intéressant c’est la vocation festive, les pique-nique, les repas. On bricole en général un petit abri. Les associations et gens du quartier sont invités. C’est bon enfant, festif et joyeux. » Elle évoque une « réserve de vie, de gaieté, de joie de vivre ».

S’il est un autre domaine dans lequel l’entraide apparaît comme une précieuse ressource c’est bien celui de la protection de l’enfance. Mohamed L’houssni, Directeur d’établissement, fondateur de l’association RETIS, aujourd’hui deuxième acteur de la protection de l’enfance de Haute-Savoie explique ainsi avoir monté un accueil d’urgence pour les mineurs placés avec un réseau de familles d’hôte, des gens de la société civile qui offrent l’hospitalité à des enfants le temps de la mesure. Ce spécialiste rappelle qu’en 1945 la majorité des enfants étaient accueillis dans leur famille élargie et qu’aujourd’hui on se limite à un très petit périmètre. Il évoque la Nouvelle Zélande qui a instauré le principe de « conférences familiales » avec les populations Maories. Il s’agit de réintroduire la famille élargie, d’allier la Convention internationale des droits de l’enfant et l’approche traditionnelle grâce à l’alliance de trois cercles : la famille, les réseaux de proches et les professionnels. Autre exemple, celui du dispositif R.E.S.P.I.R.E lancé il y a un an par Olivier Herlemont, directeur de l’UDAF Nord. Il s’agit de parrainage de proximité mais qui mêle la relation individuelle et les temps collectifs. Surtout, loin d’un catalogue d’enfants qu’on ferait correspondre à un catalogue de parrains, on demande aux enfants qui, dans leur entourage, ils aimeraient avoir comme parrain ou marraine. Ce qui peut donner comme réponse «  la dame de la cantine  » ou « Tata Jacqueline ». « On est étonnés des réactions des adultes relais, affirme Olivier Herlemont. Ils y voient une gratification, ils sont honorés d’être choisis. Parfois ils disent « je ne peux pas le faire mais je peux vous aider ». »

Les parents solos aussi misent sur l’entraide

Dernier exemple pour éclairer cette problématique de l’entraide dans l’action familiale : le réseau Parents solo 86. Aïda Jafaar, en charge de faire vivre ce réseau auprès de l’UDAF 86 explique bien en quoi le fait d’être accompagnée, épaulée mais avant tout actrice, est primordial : « Nous sommes des militantes de la monoparentalité. On porte ça. C’est un travail de tous les jours. Il faut être tout le temps présent. Notre quotidien est compliqué. Quand on a le nez dans le guidon avec des petits, on ne peut pas prendre du temps pour soi. Donc, avoir un mode de garde qui nous permette de nous réunir sans les enfants, ça change tout. Il faut des éléments moteurs pour impulser auprès des autres. Moi je ne voulais pas de groupe de parole, j’avais envie de m’amuser, de mutualiser, de partager des moments de plaisir. »

En conclusion de cette journée, Carl Lacharité propose un changement de regard sur la vulnérabilité. « Le contraire de la vulnérabilité, l’invulnérabilité, n’existe pas. C’est une illusion. Nous devons convertir la conception que nous avons de la vulnérabilité. C’est à partir de notre vulnérabilité qu’on crée de l’entraide. Vulnérable veut dire être ouvert aux autres, être dans des situations inconnues, familières, souffrantes. Ça ne veut pas dire qu’on est moins. Ce qui met en porte à faux avec le discours dominant d’autres personnes qui essaient, elles, de compenser. Cela induit des relations hiérarchisées. On peut tous et on est tous vulnérables, parfois plus à certains moments de notre vie. » La vulnérabilité, beau sujet pour une prochaine rencontre.

Dernire mise jour le 1er mars 2018

Envoyer un message

Recommander cet article

 
UDAF28 - http://www.udaf28.fr