print
Facebook

Rechercher

Agenda

« juin 2018 »
L M M J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
 

Abonnement


Mots clés

Actualité familiale

Vous êtes ici : Accueil  > Infos et Docs  >  Actualité familiale

Réforme du congé parental : L’UNAF rencontre le Directeur de Cabinet de la Ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement

Imprimer cette page Envoyer un message Recommander cet article fontsizeup fontsizedown

Le jeudi 20 décembre 2012, le Président de l’UNAF, François Fondard, accompagné de Guillemette Leneveu, Directrice générale, a rencontré Etienne Grass, Directeur de Cabinet de la Ministre des Droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. Cet entretien, sollicité par la Ministre, avait pour objet d’échanger sur les évolutions envisageables en matière de CLCA et de congé parental dans le cadre de la négociation actuellement menée avec les partenaires sociaux sur l’égalité professionnelle. L’UNAF a rappelé ses positions et ses propositions en la matière ainsi que le travail mené en 2009 par le Haut Conseil de la Famille fixant pour priorité l’augmentation des solutions d’accueil de la petite enfance et l’amélioration des conditions de travail plus compatibles avec la fonction de parent. Lire en rappel les communiqués de presse de l’UNAF :

Communiqué de presse n°10.21.09.12

Égalité professionnelle femme/homme : La réduction du congé parental n’est pas une priorité

Aujourd’hui s’ouvre la négociation avec les partenaires sociaux sur l’égalité professionnelle avec parmi les idées évoquées : la réduction du congé parental. L’UNAF saisit cette occasion pour rappeler que derrière le congé parental, il y a des familles qui le choisissent et des familles qui n’ont pas d’autre choix.

Le congé parental / CLCA : Quelques chiffres

- Sur les 553 000 bénéficiaires du complément de libre choix d’activité (CLCA), on ne parle jamais des 40% qui le perçoivent en travaillant à temps partiel.
- Seuls 42% perçoivent le CLCA taux plein jusqu’aux 3 ans de l’enfant.
- Sur les 332 000 bénéficiaires à taux plein, 60% prennent le congé parental d’éducation par choix et les autres (40%) y sont contraints : soit par manque de modes d’accueil, soit par incompatibilité entre leurs conditions de travail et leur vie familiale (revenus, transport, temps partiels, horaires décalés…).

Les conséquences d’une réduction du congé pour tous

- Alors qu’il manque déjà 350 000 places d’accueil pour les 0-3 ans, raccourcir le congé parental d’éducation reviendrait à augmenter encore plus la demande. La recherche d’une place sera encore plus difficile pour tous les parents en augmentant les dérives (crèches clandestines, nounous non déclarées…).
- Sans le congé parental de 3 ans, les parents dont les conditions de travail sont incompatibles avec l’accueil d’un jeune enfant, n’auront pas d’autre choix que de quitter leur emploi pour s’occuper de leurs enfants (au chômage ou sans rien). Quel bénéfice sur le terrain de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes ?

Les propositions de l’UNAF

- Le congé parental d’éducation court et mieux indemnisé existe déjà, c’est le COLCA (Complément optionnel de libre choix d’activité). L’UNAF propose de le rendre plus attractif en le revalorisant et en l’ouvrant dès le 2e enfant. Ainsi les familles pourront encore exercer leur choix.
- L’UNAF propose aussi de mieux faire connaître aux pères et mères le congé parental à temps partiel qui permet de se maintenir dans l’emploi, tout en s’occupant de ses enfants.

Déjà en 2009, l’étude du raccourcissement du congé parental avait été demandée par le précédent Président de la République. Le Haut Conseil de la Famille a conclu à la nécessité de traiter en priorité la question des capacités d’accueil de la Petite Enfance. Mme Bertinotti, Ministre de la Famille semble d’ailleurs rejoindre ce constat. La priorité aujourd’hui, c’est l’augmentation des capacités d’accueil des 0-3 ans, la relance du marché de l’emploi et des conditions de travail compatibles avec la vie familiale.

Communiqué de presse - 11/02/2010 Congé parental : Les parents doivent pouvoir choisir !

Aujourd’hui, le Haut Conseil de la Famille a rendu un avis sur une éventuelle réforme du congé parental (dit CLCA, Complément de Libre Choix d’Activité). Une fois de plus, l’UNAF s’est fortement engagée pour défendre les familles.

Le HCF fait tomber les idées reçues contre le congé parental

En 6 mois, les travaux du HCF ont réussi à rendre caduques les principales critiques auxquelles était soumis le congé parental d’éducation.
- Le congé parental remporte un grand succès auprès des familles. Le congé parental est un choix volontaire pour la majorité des familles : 60% des parents déclarent avoir fait le choix de s’arrêter volontairement de travailler pour s’occuper de leur enfant dans le cadre du CLCA.
- Un excellent retour à l’emploi : 81% des parents de 2 enfants qui s’arrêtent de travailler dans le cadre du congé parental retrouvent un emploi. Le congé parental n’est donc pas une « trappe à inactivité ».
- La composition sociale des bénéficiaires est diversifiée .
- Un tiers des bénéficiaires travaillent à temps partiel.

S’arrêter de travailler pour élever ses enfants doit rester un choix

L’UNAF souscrit aux préconisations du HCF d’augmenter le nombre et la diversité des modes de garde (tout en préservant leur qualité), et d’améliorer la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Ces mesures permettront aux parents qui se sont arrêtés de travailler, faute de mode de garde ou de conditions de travail adaptées, de faire leur choix de manière plus libre. De plus, les travaux du HCF démontrent que toute réduction imposée de la durée du congé parental serait porteuse de risques majeurs : (explosion du nombre de demandes de place d’accueil alors que, l’offre est loin d’être suffisante et progresse lentement malgré tous les efforts déployés ; augmentation du nombre de demandeurs d’emploi ; baisse de revenu pour des dizaines de milliers de familles). L’UNAF ajoute qu’une telle régression aurait également des conséquences sur la confiance globale des familles en la politique familiale et serait porteuse de risques en matière de natalité.

C’est pourquoi, le rapport du HCF conforte l’UNAF dans sa demande de maintien de la durée de 3 ans du congé parental. Pour améliorer le dispositif, l’UNAF soutient la proposition du HCF de coupler un congé parental de 3 ans avec un congé parental plus court et mieux rémunéré dès le deuxième enfant. Par ailleurs, l’UNAF est favorable à l’attribution de 2 mois complémentaires qui pourraient être pris par les pères. Ces propositions permettront ainsi d’élargir l’éventail de choix offerts aux familles.

L’UNAF encourage les pouvoirs publics à poursuivre leurs efforts pour développer les modes de garde et inciter les employeurs à mieux tenir compte de la situation de parents. Les familles doivent véritablement disposer d’un libre choix.

| 8.8 ko
Dernire mise jour le 27 décembre 2012

Envoyer un message

Recommander cet article

 
UDAF28 - http://www.udaf28.fr